Le PNA Cistude d’Europe

Qu’est ce qu’un PNA?

Dans le cadre de la convention de la diversité biologique signé lors du sommet de la Terre de Rio de Janero en 1992, la France a développé la stratégie nationale pour la biodiversité adoptée en 2004. L’État français a souhaité faire émerger des plans de restauration nationaux pour 130 espèces dont l’état de conservation n’est pas favorable.

Les PNA visent à organiser un suivi cohérent des populations de l’espèce ou des espèces concernées, à mettre en œuvre des actions coordonnées favorables à la restauration ou au rétablissement de ces espèces ou de leurs habitats, à informer les acteurs concernés et le public et à faciliter l’intégration de la protection des espèces dans les activités humaines et dans les politiques publiques (aménagement du territoire, infrastructures …).

En savoir +

Pourquoi un tel plan d'actions pour la cistude?

Malgré certaines populations dynamiques, la Cistude d'Europe connaît une situation variable en France, préoccupante pour certaines régions. Ses statuts de protection actuels ne la mettent pas à l’abri de divers facteurs défavorables : gestion inadaptée des milieux, incendies, introduction d'espèces exotiques, perte ou dégradation des habitats, etc. La mise en application d'actions à large échelle en faveur de cette espèce autochtone ( et, qui plus est, “parapluie”) est donc une priorité.

Téléchargez directement le PNA par ce lien

Comment est-il défini ?

La DREAL Rhône-Alpes, coordinatrice du PNA en faveur de la Cistude d’Europe, a mandatée la société Thienpont comme rédacteur du PNA, sous l’égide d’un comité scientifique et de pilotage qui rassemble l’ensemble des acteurs concernés des 12 régions où l’espèce est présente : DREALs, collectivités territoriales, associations, gestionnaires d'espaces protégés, scientifiques.

Le CEN Savoie a été désigné opérateur de la mise en oeuvre du PNA.

Le plan national d’actions est constitué d’un programme d’actions complet, qui est validé et diffusé auprès de l’ensemble des acteurs concernés.

La mise en œuvre d’un plan national d’actions se réalise à plusieurs échelles et s’effectue de manière progressive. Un plan national d’actions n’est pas opposable, mais fait l’objet d’un engagement de l’Etat. Il est toujours élaboré sur la base d’actions volontaires.

 Le plan national d’actions liste les actions à mettre en œuvre dans les domaines de la protection – et de la restauration si nécessaire –, des études (scientifiques ou techniques par exemple) et de la communication. Ces actions sont engagées selon un degré de priorisation défini.

 Des déclinaisons régionales du plan sont élaborées pour chaque région où l’espèce est présente. La DREAL coordinatrice préside le comité de pilotage. Elle est notamment chargée de veiller, avec l’appui de l’opérateur du plan et des DREAL concernées, à la coordination des actions.

 
 
Quelles sont les actions du PNA ?
  • Etudier pour combler les lacunes de connaissances sur la Cistude : sa biologie, sa répartition ou l’impact de maladies ou d’espèces introduites.
  • ​Conserver en mettant en œuvre des mesures de protection de ses habitats, en renforçant sa protection, en gérant mieux ses milieux de vie, etc.
  • Communiquer et sensibiliser pour favoriser la diffusion des connaissances sur l’espèce, pour favoriser sa prise en compte en la faisant largement connaître.

Télécharger le PNA pour avoir le détail des actions

Quel est le rôle de l’Etat ?

En lançant et labellisant les PNA, l’Etat a apporté une gouvernance et une mobilisation décisives, qui doivent être ensuite complétées et relayées par des partenaires techniques et financiers, notamment à travers les déclinaisons régionales.

L’Etat se devra également d’apporter une vigilance particulière lors de l’instruction de certains dossiers en matière d’aménagement du territoire : création d’espaces protégés, études d’impacts, arbitrages divers...

 

Le Plan national d'actions (PNA) en faveur de la Cistude d'Europe sera conduit sur 2011-2015, pour développer 23 familles d’actions en faveur de cette espèce.